vendredi 25 juin 2021

Sidi Bel Abbès : Le stress hydrique s’installe dangereusement

Le volume d’eau des barrages diminue dangereusement en raison d’un hiver sec, des pertes du réseau et du gaspillage, soulignent les responsables de la direction de l’hydraulique.

Selon l’Algérienne des eaux (ADE), dix-huit communes, dont le chef-lieu de la wilaya, risquent de connaître de sérieuses perturbations dans l’approvisionnement en eau potable à partir de ce mois.

Le barrage de Sidi Abdelli (Tlemcen), principale source de captage des eaux, connaît une baisse dangereuse, jamais observée auparavant. Idem pour le barrage de Oued Taghia (Mascara) desservant la partie est de la wilaya.

Face à cette situation, l’ADE n’écarte pas la possibilité de reconnecter le réseau de distribution à celui qu’alimente la station de dessalement de Souk T’lata (Tlemcen) pour assurer une disponibilité à minima des ressources hydriques.

Les localités du nord-est de la wilaya sont les plus exposées au phénomène du manque d’eau en raison, également, du tarissement des nappes aquifères qui sont au plus bas niveau depuis plusieurs mois. Le dégel, décidé récemment, des programmes publics destinés au secteur de l’hydraulique s’inscrit dans le cadre d’un plan d’urgence visant à renforcer les structures de stockage des eaux.

Dans la plupart des centres urbains, le tarissement de la ressource hydrique est perceptible notamment au niveau des zones d’habitation où le rationnement de l’eau potable est effectif depuis le mois d’avril.

L’article Sidi Bel Abbès : Le stress hydrique s’installe dangereusement est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español