jeudi 24 juin 2021

Reprise des vols à l’international : La confusion

Si le Premier ministre, Abdelaziz Djerad, a fixé dans un communiqué du 24 mai dernier les modalités de reprise des vols d’Air Algérie et les mesures qui devront être prises afin de garantir la sécurité sanitaire des Algériens, plusieurs questions restent sans réponse.

A commencer par le prix des billets qui, selon une source interne à la compagnie, «ne peut être abordé avant de définir le programme des vols», ajoutant que «les prix des billets circulant sur les réseaux sociaux sont incorrects». La priorité sera logiquement accordée aux détenteurs de billets déjà achetés et qui n’ont pas pu voyager en raison des circonstances imposées par la pandémie de Covid-19.

Les frais du pack hôtellerie et les tests PCR vont-ils être facturés avec le prix du billet ? Pas si sûr, car la compagnie nationale Air Algérie n’a pas vocation de collecter ce genre de dépenses. Autre interrogation : s’agit-il de vols de rapatriement ou commerciaux (liaisons régulières) ?

La question a son importance. Si le trafic revient à la normale, l’aviation civile a un grand rôle à jouer. Elle doit confirmer ce retour et mettre en conformité le programme pour éviter les chevauchements avec les autres compagnies françaises, telles qu’Air France, Transavia ou ASL Airlines. Les autorités algériennes autoriseront-elles les compagnies aériennes des pays concernés par les vols annoncés, à savoir la France, l’Espagne, la Turquie et la Tunisie, à exploiter des vols vers l’Algérie ?

Tout comme les vols vers Tunis, Istanbul et Barcelone au rythme d’un vol par semaine, Turkish Airlines, Tunisair et les compagnies aériennes espagnoles Vueling ou Iberia sont également censées opérer un vol par semaine vers l’Algérie en appliquant le principe de réciprocité.

Seule certitude : les avions d’Air Algérie vont enfin redécoller à l’international le 1er juin dans une première étape essentiellement vers la France : trois dessertes chaque semaine dans les deux sens (Paris et Marseille) et un vol hebdomadaire, vers la Turquie (Istanbul), Espagne (Barcelone) et la Tunisie (Tunis). Les autorités semblent avoir opté pour une ouverture graduelle en décidant que seuls certains aéroports seront concernés et quelques destinations étrangères seulement pour permettre à la compagnie nationale Air Algérie de se relancer progressivement, puisqu’elle a été pratiquement à l’arrêt à l’international depuis longtemps.

Sur les réseaux sociaux, des internautes se demandent pourquoi l’Etat a choisi des mesures draconiennes pour voyager vers l’Algérie : PCR de moins de 36 heures, confinement obligatoirement dans des hôtels pendant cinq jours et une autre PCR après cette période aux frais du passager. Selon une source proche de l’organisation de la prochaine réouverture des frontières, citée par le site web :  www.visa-algerie.com, «les frais des tests de dépistage et de la période de confinement de cinq jours ont été fixés 50 000 DA par passager».

A ce pack, il faut ajouter les prix des billets d’avion qui devraient atteindre la somme de 500 euros par personne en moyenne pour la destination Paris-Alger qui est la plus importante. Une vraie fortune pour revoir le pays !

Le directeur général du tourisme au ministère du Tourisme, de l’Artisanat et du Travail familial, Moussa Ben Tamer, a confirmé hier que tous les hôtels sont prêts à recevoir des arrivées en Algérie après l’ouverture de la frontière aérienne le 1er juin à des prix abordables. M. Ben Tamer, qui s’est exprimé lors d’une intervention à Echorouk TV, a assuré que «tous les établissements hôteliers sont prêts à suivre les procédures annoncées par le gouvernement».

Il a ajouté que «les services du ministère travaillent pour garantir un bon séjour aux citoyens». L’Algérie continue de verrouiller ses frontières pour échapper à une nouvelle vague de contaminations.

Depuis le premier cas de Covid-19 détecté le 25 février 2020 en Algérie, plus de 3400 décès et 127 000 cas ont été recensés, selon le ministère de la Santé.

L’article Reprise des vols à l’international : La confusion est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español