vendredi 25 juin 2021

Qu’en est-il de la pédagogie de Maria Montessori ?

La conception de Montessori est à base de l’émergence de la méthode active, qui met au centre l’intérêt de l’enfant et ses émotions. Ce dernier est acteur de ses actions, qui lui permettent d’apprendre à habiter le monde et à le découvrir. Le maître n’a pas un pouvoir contraignant l’autonomisation de l’enfant, mais il lui offre la liberté d’expression et lui apprend l’expression de la liberté. « Le maître fait partie du décor. En se mettant à la portée de l’enfant, il renonce à la chaire, à l’autorité et, d’une certaine manière, à son enseignement. » (Resweber, 1986 : 108)

Cette pédagogue propose des activités ludiques qui développent la créativité de l’enfant et qui transforment le « nous inclusif » (la dépendance de l’enfant à l’Autre) au « je exclusif » (la liberté de choisir et de faire). « Le détour du « jeu » est nécessaire pour la constitution du « je ».»  (Ibid. : 108)

En effet, l’activité ludique comme une sorte de métabolisme psychique qui libère le secret et l’esprit créatif enseveli, et qui vise aussi la maîtrise de l’univers extérieur.

Pourquoi éduquer ?

Le sens de l’éducation chez M. Montessori outrepasse la simple définition pour épuiser une valeur pragmatique. On éduque pour former un citoyen libre et capable de réfléchir, d’agir et d’interagir avec et sur l’Autre.

Le synonyme de l’éducation n’est autre que la liberté : une liberté de pensée et d’agir qui mène progressivement à l’autonomisation et à l’affirmation de soi.  « Parce qu’un homme est caché, un enfant inconnu, un être vivant séquestré qu’il faut libérer. » (Ibid. : 109). Pour ce faire, M. Montessori met à notre disposition une panoplie de propositions :

  • Le travail individuel  qui se traduit en acte libre : le libre choix, l’écriture précédant la lecture, l’écriture indépendante de la lecture, etc. ;
  • L’abolition des punitions  et des examens qui permet à l’enfant de se soumettre à son désir d’apprendre et de s’enfuir des contraintes accablant ses plaisirs ;
  • Il faut discipliner l’activité, et non l’enfant, autrement dit, il est nécessaire de choisir des activités s’adaptant au niveau de l’enfant et non l’inverse ;
  • Proposer des curriculums qui prennent en compte le vécu et la vie de l’enfant, ses attentes, ses désirs, ses plaisirs, etc.

C’est autour de ces éléments réflexifs que les pratiques enseignantes doivent être repensées et enrichies. Il est des phases de sensibilité, de sensualité, de flexibilité et de réflexivité qui mériteraient d’être respectées et reconnues. Celles-ci sont en phase avec les étapes successives de l’apprentissage comme le langage, la coordination des mouvements, la compréhension des faits, etc. Le rôle de l’enseignant est de créer un environnement propice qui permet à l’enfant d’exprimer sa « volonté naturelle » et d’autonomiser son « être », comme le dit Montessori « apprends-moi à faire seul ».

Youcef BACHA, jeune chercheur en didactique des langues, en linguistique et en littérature française. Attaché au laboratoire de Didactique de la Langue et des Textes, Université de Ali Lounici-Blida 2 (Algérie).

 

Références bibliographiques

Jean-Paul Resweber, Les nouvelles pédagogies, Paris, Puf, 1986.

L’article Qu’en est-il de la pédagogie de Maria Montessori ? est apparu en premier sur Algérie Cultures.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español