samedi 19 juin 2021

Préparation du baccalauréat et du BEM : L’école de YouTube

A deux semaines des épreuves du baccalauréat, examen officiel le plus important dans le pays, les cours particuliers font fureur. En plus de ceux en présentiel, des enseignants ont choisi d’être payés en devises pour des cours dispensés sur YouTube.

Dans des garages fermés, à la maison ou dans le virtuel, des enseignants considèrent cette période comme la plus lucrative de l’année. Les garages, servant de salles de cours, affichent «complet». Les séances de soutien aux retardataires dans le rythme des révisions sont les plus onéreuses.

Normal, il faut redoubler d’efforts pour rattraper le retard et garantir un maximum de compréhension chez le candidat afin qu’il réussisse cet examen décisif.

Jusque-là, rien de nouveau. Tout le monde, y compris les hautes autorités du pays, est au courant de ce business, pourtant informel. Ce qui est plus à la mode, ce sont les cours de soutien dispensés sur les réseaux sociaux, notamment YouTube.

Des chaînes lancées il y a quelques années connaissent une affluence sans précédent durant cette période de l’année. Avec des milliers d’abonnés et des millions de vues, ces cours «gratuits» rapportent gros à leurs propriétaires.

«L’élève, chez lui, peut suivre ses cours sur YouTube à son propre rythme. Cette option est aussi une alternative gratuite pour les parents qui ne peuvent pas assumer les frais des cours en présentiel. Pour augmenter les chances de compréhension, tant le programme est complexe, certains parents poussent leurs enfants à faire les deux : présentiel et en ligne. Je sais que c’est compliqué pour les élèves, mais comme je leur dis souvent, toute la pression de l’année disparaîtra une fois que vous verrez les résultats», souligne un enseignant de mathématiques qui a préféré garder l’anonymat.

Sur YouTube, le lien «baccalauréat.dz» est le plus recherché en cette période. Beaucoup de chaînes s’y investissent en donnant des cours au quotidien, à l’image de la chaîne Bac dz qui compte plus de 62 000 abonnés et une audience dépassant les 2 millions de vues. Créée en septembre 2016, elle reste moins cotée que cours.dz, qui est également une chaîne qui dispense, comme son nom l’indique, des cours de soutien.
Pas en dinar mais en dollar

Même s’ils sont accessibles et gratuits aux utilisateurs, les cours dispensés sur Youtube rapportent gros. Les enseignants, certes, ne perçoivent pas d’argent des élèves, mais de YouTube. Selon le site socialblade.com, spécialisé dans l’analyse des réseaux sociaux, la page cours.dz gagnerait entre 700 et 11 000 dollars par mois. Les estimations de gains annuels vont de 8000 à 139 000 dollars.

Malgré son nombre important d’abonnés, la chaîne Jib El Bac serait moins bien lotie en termes de gains. Selon le même site, les propriétaires de cette chaîne recevraient entre 100 et 1000 dollars par mois et entre 1000 et 21 000 dollars par an.

Il faut savoir que ces sommes restent des estimations qui peuvent être loin de ce que perçoivent réellement les propriétaires de ces chaînes de cours particuliers. Les algorithmes de YouTube changent à chaque fois pour pousser les youtubeurs à améliorer leurs contenus et surtout attirer plus d’audience. «Je ne suis pas contre le fait que ces enseignants soient payés en dollar ou toute autre devise. Tant qu’ils ne sollicitent pas mes ressources financières, qu’ils deviennent riches autant qu’ils veulent.

De plus, sur ces plateformes, ce sont des robots qui les obligent à donner le meilleur d’eux-mêmes pour avoir un max d’abonnés et de vues. Ça ne peut qu’être bénéfique pour les élèves», souligne Souhila, maman de 4 enfants, dont deux sont concernés par l’examen du baccalauréat.

Un commerce juteux

Il faut également rappeler que le business des cours particuliers est des plus lucratifs. Beaucoup de parents réservent des budgets colossaux, souvent au détriment de certaines nécessités, juste pour subvenir à ce besoin d’apprentissage devenu nécessaire.

En ces temps de dernières révisions, les cours particuliers sont extrêmement chers. Une heure de cours des matières essentielles, à savoir maths, physique et sciences pour les classes de terminale, coûte entre 2000 et 2500 DA en groupe. En privé et avec déplacement de l’enseignant à domicile, le prix augmente jusqu’à 3500, voire 4000 DA. Un élève a certainement besoin de plus d’une heure de cours et de plusieurs matières à la fois.

Les parents se retrouvent à payer entre 6000 et 12 000 DA pour une prestation d’une simple heure de cours. Pour le BEM, les prix baissent un peu. Mais la fourchette à payer reste toute aussi importante.

Dans cette course aux gains, toutes les options sont bonnes. Parce que la fin justifie les moyens, des enseignants travaillent même de nuit. Tandis que certains ont transformé leur maison en centre de soutien scolaire, d’autres ont préféré louer des garages pour ne pas perturber le rythme de vie de la famille.

L’Association nationale des parents d’élèves avait déjà appelé les autorités à réglementer cette activité «commerciale» afin de permettre à l’élève d’approfondir sa compréhension, mais aussi aux parents de respirer et mieux organiser leurs budgets. Un appel qui n’a trouvé aucune suite jusqu’à aujourd’hui.

L’article Préparation du baccalauréat et du BEM : L’école de YouTube est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español