jeudi 24 juin 2021

Les slogans du hirak repris à l’occasion du 120e vendredi de protestation : Marches à Béjaïa et Tizi Ouzou

Si la mobilisation rechigne à reprendre ses proportions historiques des premiers mois du mouvement du 22 Février 2019, les slogans anti-élections ont repris de plus belle hier à Béjaïa.

La 120e marche a été consacrée pour les candidats aux élections législatives du 12 juin. Le rendez-vous a été honoré par quatre gros carrés de manifestants qui ont occupé, le long du boulevard de la Liberté, sur la moitié de sa largeur.

Avant l’entame de la manifestation, peu après 13h, la police a circulé à travers les principales artères de la ville et embarqué plusieurs personnes, cueillies sur les trottoirs, et qu’elle a relâchées au cours de la journée. Les arrestations n’ont pas empêché la marche d’avoir lieu, dans le calme, et l’engagement d’être réaffirmé pour le même objectif du changement «du système» et de redonner la parole au peuple. A une semaine des législatives, l’action d’hier a permis de réaffirmer le mot d’ordre du rejet et le même état d’esprit de la veille de la présidentielle du 12 décembre 2019 qui avait plongé toute la région dans un climat tendu.

L’on a crié «Ulach l’vote !» (Pas d’élections) et fulminé contre les candidats dont l’engagement pour le prochain scrutin les expose à la vindicte populaire dans une région acquise en majorité pour le boycott. Tout au long de la marche, la foule a crié le nom de l’un des candidats qu’elle a vilipendé à coups de slogans hostiles, en observant de longs arrêts devant ce que l’on supposait être son domicile.

Dans de telles conditions, il faut dire que le pari est risqué pour les candidats des 17 listes validées pour le scrutin. Le risque est tel, qu’à quelques jours de sa clôture, la campagne électorale ne donne aucun signe d’existence dans la région.

La ville de Tizi Ouzou a été par ailleurs envahie par des milliers de personnes qui ont pris part au 120e vendredi de protestation. Les marcheurs ont exprimé leur colère contre la répression qui s’est abattue ces dernières semaines sur le hirak. «Non à la répression». «Liberté d’expression», ont-ils scandé, à gorge déployée.

La foule s’est ainsi ébranlée depuis le campus de Hasnaoua tout en progressant vers le centre-ville. Devant le CHU Nedir Mohamed, nous avons remarqué des médecins et des infirmiers, notamment devant le portail principal de cet établissement hospitalier. Des images qui rappellent les premières marches du mouvement populaire, où des corporations professionnelles avaient investi la rue. La foule, scindée en plusieurs carrés, a continué son itinéraire sur l’avenue Abane Ramdane. Les slogans sont pratiquement les mêmes que ceux des semaines précédentes

L’article Les slogans du hirak repris à l’occasion du 120e vendredi de protestation : Marches à Béjaïa et Tizi Ouzou est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español