jeudi 24 juin 2021

Les prix du pétrole se stabilisent : Les investisseurs tablent sur la reprise de la demande

Les prix du pétrole demeurent relativement stables cette semaine, se maintenant juste en dessous de 70 dollars le baril. Des valeurs renforcées par des projections plutôt positives concernant les perspectives de la demande mondiale de pétrole, dans le sillage de l’amélioration de la situation sanitaire.

«L’OPEP+ est susceptible d’augmenter sa production… de mai à juillet, mais cela se produira vraisemblablement en phase avec la reprise de la demande», a déclaré la Commerzbank dans une note. La banque souligne que le nombre d’infections au coronavirus en Inde et dans d’autres pays diminue et que les restrictions à la mobilité sont progressivement levées dans le monde entier.

La banque s’attend également à une forte demande estivale, «avec des marchés suffisamment serrés pour justifier un montant moyen de 70 dollars le baril».

D’autres indices renforcent la courbe des prix de l’or noir. L’American Petroleum Institute a rapporté que les stocks d’essence américains ont chuté de près de 2 millions de barils la semaine dernière, et les stocks de brut de 439 000 barils, selon des indications de Bloomberg, avant la publication des chiffres officiels du gouvernement américain.

Dans ce contexte, le vice-Premier ministre russe, Alexander Novak, a estimé que le déficit pétrolier mondial est désormais à environ 1 million de barils par jour. «Nous avons toujours gardé à l’esprit le retour des barils iraniens», a souligné, par ailleurs, A. Novak aux journalistes. «Nous devons considérer cela… Nous calculerons conjointement le bilan de l’offre et de la demande.»

A ce propos, le porte-parole du gouvernement iranien, Ali Rabiei, a déclaré qu’il était optimiste estimant que Téhéran parviendrait bientôt à un accord, bien que le principal négociateur iranien ait précisé que de graves problèmes subsistaient.

Les prix du Brent étaient côtés hier à environ 68,62 dollars, après être tombés en dessous de 65 dollars le baril la semaine dernière
Une relative stabilité des prix qui, selon le site spécialisé Oilprice, est le résultat d’événements haussiers et baissiers – tout aussi forts – qui s’annulent pour le moment.

Du côté baissier, on relève les nouvelles des pourparlers américano-iraniens à Vienne, la plupart des rapports à ce sujet suggérant qu’un accord sera bientôt conclu, alors que du côté haussier, il y a des attentes optimistes quant à la demande de pétrole, alors que l’Europe et les Etats-Unis allègent les restrictions sanitaires, à l’orée de la saison estivale qui impulse la consommation de carburants. Ces attentes ont incité Goldman Sachs à écrire, dans une note dimanche dernier, que malgré un accord nucléaire iranien, le Brent pourrait encore atteindre 80 dollars le baril au quatrième trimestre de l’année.

Il semble en effet, selon des analyses répercutées par les agences de presse, que le rebond de la demande soit si fort que même si un accord est conclu et que quelques millions de barils de brut iranien soient ajoutés quotidiennement à l’offre mondiale, ils seront rapidement absorbés sans affecter les prix. «L’offre supplémentaire de Téhéran est sur le point d’être absorbée par le marché en raison d’une flambée de la demande stimulée par les vaccins au cours des prochains mois», a déclaré Stephen Brennock de PVM, cité par Reuters.

L’Iran a déclaré au début du mois qu’il augmentait sa production et pourrait la porter à 4 millions de b/j en trois mois. L’OPEP augmentera également l’offre – quoique très progressivement – au cours des prochains mois, plaçant également ses espoirs dans la reprise de la demande mondiale alors que la mobilité augmente grâce aux vaccinations.

L’article Les prix du pétrole se stabilisent : Les investisseurs tablent sur la reprise de la demande est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español