samedi 19 juin 2021

Législatives : La campagne électorale se poursuit sur l’espace virtuel

La campagne électorale pour les législatives anticipées du 12 juin se poursuit dans l’espace virtuel, alors que la loi prévoit un silence électoral qui doit être observé trois jours avant le scrutin prévu pour samedi prochain.

En effet, hier, au lendemain de l’expiration de ce délai, nombreux sont les candidats, pour qui les réseaux sociaux ont constitué durant 20 jours le meilleur refuge pour animer leur campagne, qui ont poursuivi leur propagande médiatique, bafouant ainsi les règles du code d’éthique et de morale.

Certains postulants à la députation continuent, notamment sur Facebook, d’alimenter leurs pages sponsorisées. Des vidéos retraçant le parcours des candidats sont mises en avant dans cet espace virtuel, à l’image de la vidéo du fils de Abdelkader Bengrina, candidat sur la liste du parti.

D’autres ont reproduit leur affiche accompagnée de commentaires basés essentiellement sur le but de leur participation à ce rendez-vous électoral.

Que prévoit la loi à ce sujet ? Pour les juristes, il est normalement interdit aux candidats de sponsoriser moyennant de l’argent leur publication sur Facebook, mais la loi portant régime électoral, promulguée en mars dernier, ne clarifie pas les règles à suivre et à respecter en matière d’exploitation de l’espace virtuel lors d’une campagne électorale.

Selon les hommes de loi, Il existe un vide juridique en la matière. «Les réseaux sociaux sont un nouvel espace fraîchement exploité par les postulants aux élections. La loi n’est pas claire à ce sujet. Il n’y a aucun texte qui interdit son utilisation après l’expiration du délai fixé pour le déroulement de la campagne électorale. Mais normalement, c’est à l’ANIE d’intervenir pour orienter et organiser ce créneau. Elle doit intervenir pour clarifier la démarche à suivre», note un juriste.

Malheureusement, les responsables de la communication au sein de l’ANIE sont constamment aux abonnés absents ! Faut-il rappeler dans ce sens le contenu de la nouvelle loi portant régime électoral, dans son chapitre relatif à la campagne électorale, l’ordonnance n° 21-01 du 10 mars 2021 portant loi organique relative au régime électoral prévoit un silence électoral qui doit être observé trois jours avant la date du scrutin, par tous les animateurs de la campagne pour les législatives, et fixe les étapes de l’opération électorale, du vote jusqu’à la proclamation des résultats définitifs par la Cour constitutionnelle.

L’article 81 précise que «sont interdites la publication et la diffusion de sondages portant sur les intentions de vote des électeurs 72 heures avant la date du scrutin sur le territoire national, et cinq jours avant la date du scrutin pour la communauté nationale établie à l’étranger». En somme, la loi énonce que nul ne peut, par quelque moyen et sous quelque forme que ce soit, faire campagne en dehors de la période prévue par la loi.

Hier encore, des chaînes privées ont rediffusé des émissions de débat avec des candidats aux législatives, ce qui est une entorse à la loi.

Lors des précédentes joutes électorales, l’ANIE est intervenue à plusieurs reprises pour mettre en garde et rappeler à l’ordre des chaînes de télévision privées qui n’ont pas respecté les règles de loi, alors que des partis politiques poursuivaient l’affichage anarchique. 

L’article Législatives : La campagne électorale se poursuit sur l’espace virtuel est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español