mardi 15 juin 2021

Le tabagisme passif affecterait plus les hommes

Une exposition chronique au tabagisme passif entraîne une diminution du poids et déclenche des troubles cognitifs affirme une nouvelle étude de l’université de l’Oregon (Etats-Unis) menée sur des souris. Les résultats de cette étude doivent prochainement être publiés dans la revue Health environnmental perpectives.

« De nombreuses personnes fument encore, et ces résultats suggèrent que les effets à long terme sur la santé peuvent être assez graves pour les personnes exposées de manière chronique au tabagisme passif » a expliqué le Pr Jacob Raber, professeur de neurosciences comportementales, qui a étudié les effets du tabac sur 62 souris exposées 2h30 par jour pendant 10 mois, à la fumée de cigarettes. Les rongeurs ont ensuite effectué des tests comportementaux et cognitifs et leurs tissus pulmonaires et cérébraux ont été examinés. Principales conclusions :

  • La fumée de cigarette impacte plus les mâles que les femelles, les chercheurs ayant noté des changements dans la région de l’hippocampe du cerveau chez les souris mâles par rapport aux souris femelles. Ils ont également remarqué que les mâles étaient touchés de manière disproportionnée par la perte de poids corporel par rapport aux femelles.
  • L’exposition à la fumée de cigarettes a des répercussions cognitives et comportementales (dans ce cas les chercheurs ont calculé leur vitesse de nage et leur déplacement dans un labyrinthe) chez toutes les souris, qu’elles soient porteuses de la maladie d’Alzheimer ou qu’elles soient saines.

Le tabac augmente aussi les troubles du comportement chez les enfants

Les chercheurs de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), en collaboration avec les CHU de 6 villes choisies pour leurs différentes qualités de l’air (Reims, Créteil, Strasbourg, Clermond-Ferrand, Bordeaux et Marseille) avaient quant à eux déjà démontré que l’exposition au tabac précoce (pendant et après la grossesse) était liée à un risque de troubles du comportement chez un enfant sur 5. Les résultats de leur étude avaient été publiés il y a quelques années dans la revue Plos One.

« Ces observations semblent confirmer celles réalisées chez l’animal, à savoir que la nicotine contenue dans la fumée de tabac peut avoir un effet neurotoxique sur le cerveau. Pendant la grossesse, elle stimule certains récepteurs et est à l’origine d’altérations structurelles du cerveau. Dans les premiers mois de vie, elle engendre un déséquilibre protéinique à l’origine d’une croissance neuronale altérée » expliquent les chercheurs de l’Inserm.

Sources :

Postnatal Environmental Tobacco Smoke Exposure Related to Behavioral Problems in Children, Plos One, septembre 2015

A lire aussi :

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español