mardi 22 juin 2021

Le lac noir est victime de sa popularité

Une destination très prisée, envahie même par les randonneurs qui ne font pas tous preuve de civisme. Le Lac noir, situé à l’intérieur de la forêt d’Akfadou, se dégrade de jour en jour. Les services des forêts lancent un cri de détresse et demandent son classement comme Parc national.

Le Lac noir est victime de sa popularité. Il se dégrade du jour au jour.» De l’inquiétude, de la panique, mais surtout de la colère que nous avons pu lire dans les yeux du conservateur principal, Mohend Touati, chef de la circonscription des forêts d’Adekar, qui nous a accompagnés sur les lieux en passant par quelques pistes de la forêt d’Akfadou.

On observe une baisse du niveau d’eau du lac, les traces de pneus, des plantes piétinées, la terre entassée et des barbecues dispatchés entre les arbres. Des bougies et des briquets placés sur des branches d’arbres. On trouve même à notre arrivée quelques troncs d’arbres toujours en feu laissés par ceux qui ont établi leur camp. Sur les arbres des cèdres d’Atlas, d’une rareté reconnue, des marmites sont suspendues. Tout est prêt pour le camping, mais qui ne sont pas tous des connaisseurs. «Ce sont surtout les amateurs de camping et de randonnée qui me font peur», témoigne Mohand Touati.

Sur les lieux, nous rencontrons un jeune en camping, installé depuis une dizaine de jours. Lui, sa mission habituelle au lendemain du week-end est de nettoyer avec ses amis le lac. Il témoigne d’une situation dégradante, d’une malpropreté et d’incivisme de certains. Ici, au fil des jours, on observe l’absence de régénération du sol. Les arbres, des espèces protégées, sont blessés par des amateurs.

Avec des couteaux, ils laissent libre cours à leur imagination pour graver des souvenir sur des arbres. Une atteinte à une végétation rare. Des cèdres coupés dans cette zone qui est censée être un noyau, inaccessible au public si les lieux venaient à être classés. Un lac envahi de monde tout au long de la semaine, mais particulièrement les week-ends et pourtant difficile d’y accéder.

La route est sérieusement dégradée. Impraticable. Dans un endroit précis, elle a été volontairement coupée suite à l’instruction du wali de Béjaïa dans le cadre des mesures prises pour lutter contre la propagation de la pandémie Covid-19. Une manière pour éviter les regroupements de personne.

Confusion

Tout le long des 12 km qui mènent du chef-lieu d’Adekar jusqu’au Lac noir, nous croisons des petites citadines, des petites camionnette, des véhicules 4×4… Les touristes affluent et rien ne les arrêtent. Les week-ends, des dizaines de bus traversent cette route avec des trentaines de touristes à bord pour chacun. Un tourisme de masse qui inquiète la Conservation des forêts.

Plus «angoissant» encore pour la Conservation des forêts, l’annonce de l’APW de Béjaïa de débloquer une enveloppe de 4,5 millions de dinars pour réaménager cette route. «Que deviendra le lac une fois que la route sera facile à accéder ?», s’interroge Touati. Un avis peu partagé par l’APW qui avance ses arguments.

En facilitant l’accès, ces lieux seront définitivement abîmés. Le chef de la circonscription des forêts d’Akfadou propose alors un autre projet pour tenter de stopper l’actuel : création d’une nouvelle piste qui sera reliée à la RN34, une fois que l’enclos est évité. L’idée est surtout d’éviter et de protéger l’enclos du cerf de barbarie  où il y a eu son introduction depuis quelques années. Une unité de multiplication du cerf de Barbarie est réalisée par le centre cynégétique de Zéralda.

Il est considéré comme espèce en voie de disparition. L’expérience est finalement un succès et un autre enclos a été créé. L’effectif devient de plus en plus important. «La pollution sonore dérange énormément le cerf de Barbarie. L’espèce est très sensible, comme d’ailleurs toute la faune», explique Touati.

Tout le long de la routerelativement, tout semble propre, vu que les lieux étaient peu fréquentés pendant le Ramadhan et le week-end coïncidant l’Aïd . C’est à partir de ce week-end d’ailleurs que les randonnées reprendront. Plusieurs appels sont lancés. Une angoisse pour Touati qui, raconte-t-il, un jour a réussi à déprogrammer un concert qui allait se tenir sur les lieux du Lac noir. «Je ne peux pas interdire aux gens d’aller à la forêt. Je verbalise lorsqu’il y a un délit.» Toute cette angoisse, inquiétude et cri d’alerte sont dus à l’absence d’un statut de ces lieux.

Une forêt classée Parc national en 1924. Un statut pas repris en 1980, à la création des parcs nationaux. Et pourtant, les lieux présentent des potentialités, à l’image de la zénaie d’Akfadou, qui est unique en Afrique du Nord. De plus, c’est une forêt qui compte plusieurs lacs, comme le lac Ouroufel, le lac Aslous. On trouve aussi plusieurs espèces d’arbres, comme le sapin de Numidie, le cèdre de l’Atlas, le pin noir, le châtaigner, le houx ou l’aulne glutineux.

Inventaire

Selon le dernier inventaire, il existe au minimum, selon Touati, 3000 individus de singe magot, 39 espèces d’oiseaux, dont certaines sont rares… Une situation mal à l’aise aussi par rapport aux agressions dont sont victimes les éléments de circonscription des forêts. Même si Touati a la qualité d’officier de police judiciaire, ses PV ou dépôt de plainte sont vite rattrapés par les gendarmes.

Ces derniers, qui sont aussi saisis pour intervenir, mais disent de ne pas être habilités puisque les lieux ne sont pas considérés publics mais plutôt sauvages. Des rapports aussi «flous» avec les collectivités locales qui sont censés nettoyer la route menant vers le Lac.

Pour le moment, ce sont les services des forêts, parfois à l’aide des associations, d’autres bénévoles, qui ramassent les déchets éparpillés. «Il s’agit d’une route nationale. Elle n’est pas encore déclassée Parc national pour qu’elle soit prise en charge par nos services», explique Mohand Touati.

L’inquiétude, la préoccupation et les craintes du chef de la circonscription des forêts sont certainement justifiées quand on voit les appels aux randonnées pour le lac Ouroufel, un autre sis à Akfadou que les visiteurs commencent à découvrir…

Nassima Oulebsir
noulebsir@elwatan.com

Samir Belaïd. Président de l’APC d’Adekar : Nous ne pouvons pas faire la collecte des déchets quotidiennement

Il existe deux problèmes, selon le président de l’APC d’Adekar, pour la gestion et la collecte des déchets. D’abord, son APC ne dispose pas de moyens pour assurer une collecte de déchets quotidiennement. Ensuite, la route menant du chef-lieu d’Adekar jusqu’au Lac et ses alentours est sérieusement dégradée. Samir Belaïd dit ne pas pouvoir faire quelque chose surtout que tout le territoire relève du domaine forestier et pas des collectivités locales. «Je ne fuis pas mes responsabilités, mais nous ne pouvons pas intervenir dans la mesure où la gestion de tout le site relève des services forestiers», affirme le P/APC d’Adekar en reconnaissant que le site se dégrade du jour au jour.

Mhenni Haddadou. Président de l’assemblée populaire de la wilaya de Béjaïa : L’étude de classement du massif d’Akfadou bientôt lancée

Une étude de classement du massif forestier d’Akfadou sera incessamment lancée, selon Mhenni Haddadou, président de l’Assemblée populaire de la wilaya de Béjaïa, qui affirme qu’une enveloppe de 6 millions de dinars a été dégagée pour ce projet. L’étude permettra au massif d’être classé et protégé. Une autre enveloppe de 4, 5 millions de dinars a été aussi dégagée pour aménager la route allant vers le lac. Autrement dit, il est prévu de relier la RN12 directement au Lac noir en réaménageant la RN 34 qui mène directement à Akfadou. Un projet que Haddadou qualifie «d’important et d’intéressant» pour le Lac. «C’est pour mieux protéger la forêt en facilitant ainsi l’accès aux services de sécurité et aux forestiers», affirme-t-il. Pour le P/APW, l’ouverture de cette nouvelle route n’impactera pas négativement la forêt ou le lac, si un travail de sensibilisation est mené soigneusement surtout si le site sera classé.

L’article Le lac noir est victime de sa popularité est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español