samedi 19 juin 2021

La gare routière se dégrade

Ce qui devait être temporaire s’est pérennisé. La gare routière actuelle de Boumerdès illustre parfaitement ce cas. Elle devait juste suppléer le manque d’une gare le temps que des travaux soient effectués sur l’ancienne structure qui, en fait, est située à une vingtaines de mètres en face.
Sauf que le temporaire dure depuis au moins une dizaine d’années.

Au départ, il était question de régler le problème de l’évacuation des eaux de pluie qui avaient tendance à inonder la placette. On devait également procéder à la rénovation du réseau d’assainissement. Enfin, la faiblesse de l’éclairage public exigeait son renforcement. Depuis une année, les travaux ont été lancés. 90 millions de dinars serait le montant alloué pour ce projet. Mais sur le terrain, l’insignifiante main-d’œuvre composée de deux à quatre jeunes s’attellent cahin-caha aux travaux. Pendant ce temps, la temporaire gare suffoque.

Trop de bus à la fois bloquent ses accès et les véhicules touristiques sont pris au piège dans une file d’attente où le stress est omniprésent. Non seulement la circulation automobile est perturbée mais les piétons eux aussi doivent attendre plus longtemps les bus dans une atmosphère poussiéreuse et en l’absence d’abribus conformes. L’ancienne gare multiplie les nids-de-poule, les crevasses et les trous. La nouvelle se fait désirer. Le bloc administratif est en cours de réalisation. Elle serait annoncée pour le début de l’été. Mais à ce rythme et en l’absence de suivi de la part des responsables, le citoyen est en droit de s’interroger : l’été de quelle année ?

L’article La gare routière se dégrade est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español