jeudi 24 juin 2021

La fin du port du masque en extérieur, c’est pour “bientôt”

Le 14 mai dernier, le président américain Joe Biden et de sa vice-présidente Kamala Harris, sont apparus sans masque devant les caméras après que l’Agence de santé publique américaine a annoncé que les personnes ayant reçu les deux doses d’un vaccin contre la Covid-19 n’avaient plus besoin de porter un masque.

Et en France, quand pourra-t-on se passer de masque ? « On n’en n’est pas encore là en France. On y arrivera bientôt », a réagit Olivier Véran lors d’une émission spéciale sur la crise sanitaire, diffusée sur BFM TV ce lundi, sans toutefois donner de date précise.

Le ministre de la Santé reste pour le moment réservé. « Joe Biden a fait une communication très importante en disant : « portez le masque ou vaccinez-vous ». L’effet immédiat, et c’est très critiqué aux Etats-Unis depuis trois-quatre jours, c’est une chute de l’adhésion à la vaccination. […] Il faut être prudents », a-t-il commenté.

Pour l’heure en France, c’est dans les lieux ouverts et aérés, où peu de personnes sont concentrées, que l’obligation du port du masque pourrait être levée :

« Si vous êtes seul ou quelques-uns dans un très grand espace, très aéré comme une plage, une montagne, une forêt, un parc, une rue déserte, là on doit pouvoir être rapidement amené à revenir sur l’obligation du port du masque », a-t-il expliqué, avant de préciser : « Si la circulation du virus continue à baisser, ça va être rapidement envisagé ».

A l’inverse, Olivier Véran a affirmé qu’il est trop tôt pour faire des même dans les lieux extérieurs où les personnes s’agglutinent :

« Quand vous êtes dehors, dans le centre d’une grande ville, avec plein de boutiques, vous allez faire la queue dehors, vous allez manger, vous allez croiser des gens etc. Là, tant qu’on n’a pas un niveau de couverture vaccinale adéquate, il paraît plus prudent de maintenir l’obligation de port du masque.”

Ce mardi 18 mai, la préfecture de l’Ardèche, a d’ores et déjà annoncé la levée de l’obligation du port du masque à partir de mercredi dans les zones à faible densité de population, rapporte France Bleu. « La logique est de réduire le périmètre concerné par le port du masque obligatoire du fait de la baisse des indicateurs épidémiques mais de maintenir cette obligation dans les zones à forte densité de population et qui seront très fréquentées à l’approche de la période estivale. » Ainsi, le port du masque demeurera obligatoire pour toutes les personnes de plus de 11 ans dans les centres-bourgs et les centres-villes, les voies piétonnes, les marchés couverts ou en plein-air ou encore dans un périmètre de 50 mètres autour des établissements scolaires, des lieux de culte, des centres commerciaux et des grandes surfaces.

Quand se contamine-t-on à l’extérieur ? 

Moins de 10 % des infections se font à l’air libre, d’après une étude publiée en février dans le Journal of Infectious Diseases. On parle alors de contamination par aérosols, c’est à dire par des gouttelettes et des particules émises lorsqu’on parle ou que l’on respire, et qui peuvent persister dans l’air pendant quelques minutes à plusieurs heures.

Les contaminations par l’air se font majoritairement dans les espaces clos mal aérés ou dont la ventilation est inadéquate et lorsqu’une personne est physiquement proche (moins de 2 mètres) avec une personne atteinte du Covid-19. D’où l’importance du masque en lieu fermé.

A l’extérieur, c’est une question de bon sens. Pour se contaminer ainsi, détaille au Journal du Dimanche, l’épidémiologiste Antoine Flahault, il faudrait qu’une personne infectée (sans masque) postillonne en parlant, toussant ou éternuant directement sur les yeux, les narines ou la bouche de la personne en face (sans masque ni lunettes). « Un cas peu fréquent ! », selon ce spécialiste.

Lire aussi :

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español