mardi 15 juin 2021

Incolore, inodore et sans saveur

La campagne électorale pour les législatives du 12 juin a bouclé sa première semaine et entame la deuxième. À El Tarf, et en dehors des panneaux d’affichage à moitié vides et sur lesquels aucune affiche ne survit au-delà de 24 heures, même si on a jugé plus sûr de les installer à proximité d’un commissariat, rien ne semble indiquer qu’il y a un événement qui se prépare.

On voit parfois passer des véhicules placardés d’affiches de candidats avec des arrêts pour quelques exhibitions sonores et déhanchées de leurs passagers. Les permanences des partis et des candidats indépendants, elles sont rares, peu visibles et surtout très discrètes.

En fait, les seuls acteurs de cette campagne sont les candidats et leurs supporters. «Ces derniers sont recrutés dans la famille et la tribu», nous disent des jeunes, spectateurs précisément d’une de ces démonstrations folkloriques qui les fait sourire et jeter des railleries. «El Tarf est une wilaya rurale et conservatrice, peu conscientisée en politique et qui ne montre pas d’aspiration à la modernité, elle est encore sous l’emprise d’el aâssabiya (la tribu, le clan, la cohésion sociale par le lien du sang selon Ibn Khaldoun. NDLR)», nous explique un chômeur universitaire, qui prédit encore «que malgré cela, le taux de participation sera très faible pour El Tarf qui a pourtant toujours été dans le peloton de tête de la participation aux scrutins, à l’exception des deux derniers». Devant des panneaux, les personnes regardent les affiches.

Un candidat en train de coller les siennes et il en profite pour faire l’éloge de sa liste où dit-il : «Ils sont détenteurs de diplômes universitaires et occupent des fonctions de cadres dans l’administration ou les sociétés. Qu’en pensez-vous ?». Les gens réservent leur réponse, mais n’en pensent pas mois.

Cependant l’un d’eux répond : «Je te dis franchement de tous ceux qui sont sur les affiches, il n’y a pas un seul que je connaisse et qui a trouvé grâce à mes yeux.» Carnaval fi dechra, titre du film de Mohamed Oukassi (1994) devenu célèbre avec la campagne électorale folklorique, qui en est le sujet, est l’expression qui revient mécaniquement dans la bouche des personnes interrogées à propos de la campagne qui en a encore pour 15 jours.

Un groupe de jeunes, qui disent s’intéresser autrefois aux joutes électorales, sont par contre désabusés. Selon eux, les candidats, même bardés de diplômes, n’ont pas de discours qui les différencient.

Ils restent dans les généralités. Améliorer ceci, changer cela, éliminer celui-ci ou celle-là, etc. Les programmes sont vides, populistes, indigents et ne suscitent pas les discussions. Des meetings ont déjà eu lieu. Ils n’ont pas attiré les foules que l’on connaît, à l’exception d’une formation qui a gardé l’indécrottable réputation de rémunérer les participants et ses rabatteurs.

En revanche, c’est au siège régional de l’Autorité nationale indépendante des élections qu’on peut trouver un semblant de fébrilité électorale. On vient déposer les dossiers des représentants dans les bureaux de vote. Mourad Amrani, le coordinateur à El Tarf, nous a déclaré ne pas avoir rencontré de problèmes et tout à fait prêt à lancer les opérations de vote dès demain si nécessaire.

L’article Incolore, inodore et sans saveur est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español