samedi 19 juin 2021

Il y a 28 ans disparaissait Tahar Djaout : Hommage à l’homme et à l’écrivain

Le poète, journaliste et romancier, Tahar Djaout, victime d’un attentat terroriste le 26 mai 1993, est «ressuscité» cette semaine à l’occasion du 28e anniversaire de sa mort.

Ses anciens collègues, ses amis et des citoyens de sa région natale, Azeffoun, ont salué sa mémoire à travers des témoignages. Akli Gasmi, compagnon d’enfance du défunt, a, lors d’une conférence animée au Festival de la poésie engagée, organisé à Aghribs, rappelé que les romans de Tahar relatent la misère et les moments difficiles vécus par les habitants de sa région, notamment durant la période de la guerre d’indépendance nationale. «En 1957, l’armée coloniale avait installé un campement militaire dans notre village, Oulkhou, où elle avait regroupé tous les habitants des localités limitrophes.

Chaque semaine, des militaires ramenaient des citoyens pour les torturer, parfois jusqu’à la mort. Donc, Djaout, qui était enfant, a été marqué par les images qu’on retrouve dans son livre Les Rets de l’oiseleur. Il cite même des personnes dont certaines sont encore en vie», raconte-t-il tout en essayant de décortiquer aussi les autres romans de l’enfant d’Oulkhou comme Les Chercheurs d’os, Solstice barbelé et Les Vigiles.

Mohamed Aouine, écrivain natif d’Ath M’Hend, un village d’où la mère Djaout (Zineb Aouine) est originaire, parle de Tahar Djaout comme journaliste, poète, romancier, mais aussi comme excellent nouvelliste. «Je reste convaincu qu’avec Les Rets de l’oiseleur, il a offert à l’humanité l’une de ses meilleures œuvres littéraires.

Edité par l’ENAL, à Alger, en 1984, ce livre sera réédité par l’ENAG en 2002», estime Mohamed Aouine dans sa publication intitulée Tahar Djaout un écrivain à (re)découvrir. Établi en France depuis 15 ans, Aouine qui est issu de la nouvelle génération d’écrivains est très inspiré par l’œuvre et l’itinéraire de l’auteur de L’Exproprié. «Tahar Djaout tient la parole poétique de sa mère. Tout petit déjà, il l’entendait déclamer des poèmes où elle faisait passer ses émotions personnelles, tout en nourrissant la conscience de ses auditeurs. Je pense que, en évoluant dans cet environnement familial, Tahar était poète avant même d’apprendre à écrire», ajoute-t-il.

Par ailleurs, outre les activités commémoratives comme le recueillement sur la tombe de Djaout à Oulkhou, d’anciens collègues du journaliste assassiné lui ont rendu hommage à travers leurs interventions sur les réseaux sociaux. On cite, entre autres, Arezki Metref et Nadjib Stambouli.

L’article Il y a 28 ans disparaissait Tahar Djaout : Hommage à l’homme et à l’écrivain est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español