vendredi 25 juin 2021

Haféda Benmammar Hasnaoui. chef de département de l’animation et la vulgarisation au Parc national de Tlemcen : L’aigle royal est le 2e plus grand rapace après le vautour fauve

-Le 12 mai, vos collaborateurs ont eu la désagréable surprise de découvrir vide l’unique nid d’un couple d’aigles royaux qui contenait les deux petits aiglons et le piège photographique. Pouvez-vous revenir sur les circonstances de cet invraisemblable acte de vandalisme ?

Un couple relique d’aigles royaux fait depuis 2009 l’objet d’un suivi, le site où se trouve l’aire du couple est situé dans la zone centrale du parc national. Le nid, qui se situe sur une falaise pas facile d’accès à une hauteur de près de 30 m, et pour atteindre le site, il faut marcher pendant 15 minutes sur un terrain abrupte, est surveillé depuis 2015 par un piège photographique pour le suivi de l’évolution de la nichée, il faut aussi noter que ce travail se fait dans le cadre d’un travail de doctorat avec l’université de Tlemcen. Nous avions visité le site pour changer les piles et la carte mémoire le 3 mai, ce travail ne se fait qu’avec un équipement de grimpe et avec l’équipe spécialisée de la Protection civile qui nous assiste depuis déjà 4 années, nous sommes revenus 7 jours après pour remplacer l’équipement et nous sommes surpris de découvrir la disparition des aiglons âgés de 2 mois et le piège photo aussi. Ce fut un choc pour toute l’équipe qui n’a jamais soupçonné que quelqu’un puisse un jour oser s’introduire et piller le nid.

-Avec les vautours, l’aigle royal est l’un des grands rapaces qui planent majestueusement dans les airs. Quels sont son état et statut dans le Parc national de Tlemcen. Y a-t-il d’autres nidifications par le passé et comment se fait le suivi par le PNT ?

L’aigle royal est le 2e grand rapace après le vautour fauve au Parc national de Tlemcen avec une envergure de près de 2 mètres et un poids qui varie entre 2,5 et 3 kg et le plus grands des aigles en Algérie. C’est un rapace protégé, à l’instar de tous les rapaces, en vertu du décret exécutif n° 12-235 du 24 mai 2012, fixant la liste des espèces animales non domestiques protégées. Au Parc national, il bénéficie d’une grande intention parce qu’il est considéré comme le plus grand prédateur et parmi les espèces faunistiques des plus rares qui jouent un grand rôle dans l’équilibre des écosystèmes et la régulation des populations animales. Auparavant, nous comptions 2 couples reproducteurs, l’un au secteur Est et l’autre au secteur Ouest tous les deux connus depuis toujours, malheureusement nous avons perdu l’un d’eux, dès 2018. Le PNT effectue dans le cadre de ses plans de gestion un suivi écologique qui prend en compte sa faune et depuis 2015 avec l’utilisation des pièges photographiques.

-Selon vous, quel est l’avenir dans votre région de cette espèce vulnérable et en voie de disparition que la liste rouge de l’uicn classe en «préoccupation mineure» dans le monde ?

Si vous suivez bien avec moi l’historique que je viens de citer, je considère l’aigle royal comme une espèce de plus en plus vulnérable, voire en danger, l’UICN pour les classements prend en considération une grande région ou forcément l’espèce est plus abondante dans une région que dans l’autre, pour l’Afrique du Nord, la liste rouge des rapaces est en cours de réalisation (réunion les 12 et 13 février 2020 en Tunisie). Plusieurs facteurs sont la cause de la raréfaction de l’espèce qui autrefois nichait même sur les arbres, actuellement elle choisit les endroits les plus reculés et inaccessibles, notamment les falaises, je cite l’extension urbaine, le pillage des nids, la présence de plus en plus croissante des humains dans les milieux naturels, sans oublier le manque de moyens pour une surveillance et une mise en défense adéquate des habitats faunistiques. Les agents forestiers des parcs nationaux doivent être dotés de plus de moyens humains et matériels pour faire face aux multiples contraintes auxquelles ils sont confrontés quotidiennement et qui voient ces aires agressées et banalisées.

 

 

 Bioexpresse

Prépare une thèse de doctorant sur l’écologie des rapaces à l’université de Tlemcen. Elle est spécialisée en gestion et conservation des écosystèmes et chargée du plan d’action pour la préservation du couple d’aigles royal depuis 2018.

L’article Haféda Benmammar Hasnaoui. chef de département de l’animation et la vulgarisation au Parc national de Tlemcen : L’aigle royal est le 2e plus grand rapace après le vautour fauve est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español