mardi 15 juin 2021

DZIGN 2020+1 : TALKS/ CONFERENCES

En duplex France/Algérie. Une programmation de conférences, talks, rencontres et tables rondes couvrira la totalité de la Biennale, avec des personnalités reconnues du monde du design et de l’architecture, algériennes comme françaises. La salle de conférence de l’institut français d’Alger accueillera en mai et juin des visio- conférences en duplex entre Algérie et France. Y participeront de grandes personnalités françaises du design et de l’architecture, mais aussi des personnalités publiques et des invités d’honneur:

Philippe Starck
Laure Adler
Djamel Klouche

Chafik Gasmi
Halim Faidi
Imaad Rahmouni
Akli Amrouche
Mohamed Larbi Merhoun
Anne-Marie Sargueil
Matali Crasset
Jean-Paul Viguier
Christian Guellerin
Xavier Boissarie
Yahiaoui Mohamed, dit YAMO
Paul Emilieu Marchesseau

 

Les titres des interventions, dates et interventions seront mises à jours sur cet article. çi dessous le programme publié par le directoire DZIGN 2020+1 au 06/06/2021.


Talk / du Lundi 14 juin 18h00
Intervention de Philippe Starck (en duplex du Portugal) suivi d’un débat.
Lieu : Institut français d’Alger.
Horaire : 18H00
Modération : Feriel Gasmi Issiakhem –
10 questions posées à Philippe Starck dans le cadre de DZIGN 2020+1.
Réservation: talk3@if-algerie.com


Projection / Talk / du Mardi 08 Juin

Projection du film “CharlottePerriand, pionnière de l’art de vivre” précédée d’une introduction par Laure Adler, en duplex de Paris et suivie d’un débat.
Horaire : 17H30 > 19H30
Lieu : Institut français d’Alger.
Modération : Feriel Gasmi Issiakhem – Réservation: perriand@if-algerie.com


Table ronde / Talk / du Samedi 29 mai

“Le design à l’échelle de la ville”
Intervention de Anne-Marie Sargueil, présidente de l’institut Français du design et Marc Aurel (directeur artisteique, studio Aurel Design Urbain)
Horaire : 18h00
Lieu : l’Institut français d’Alger, en duplex de Paris
Modération : Feriel Gasmi Issiakhem, et commissaire de Dzign 2020+1
Vous pouvez suivrez le Talk sur ce lien youtube çi dessous

 

 

TALKS/ CONFERENCES / MASTER CLASS
Les invités d’honneur

Philippe Starck est designer et architecte d’intérieur. Diplômé de l’École Camondo â Paris, il fonde sa première entreprise de design en 1968 pour s’orienter en 1975 vers le design d’intérieur et le design industriel. Revendiquant une plus grande démocratisation du design auprès du public, il se consacre â la création en série de produits de consommation courante au design équilibré et reconnaissable. Son travail acquiert une renommée internationale à partir des années 80, avec des commandes de I’État français. Aujourd’hui, Philippe Starck développe de nombreux projets de design et d’architecture intérieure et extérieure, pour des projets immobiliers dans l’hôtellerie ou la restauration de luxe. Engagé dans les problématiques écologiques, Philippe Starck conçoit très tôt un design qu’il souhaite responsable, et propose aujourd’hui des objets en écho avec les défis écologiques actuels : ressources renouvelables, économie de moyens, matériaux responsables. Ses œuvres sont aujourd’hui exposées dans les collections prestigieuses du Centre Pompidou â Paris, du MOMA de New York, du Design Muséum, et du Vitra Design Museum de Bâle

 

Laure Adler, diplômée en philosophie et en histoire, commence sa carrière à France Culture en 1974 en tant que journaliste, puis participe à plusieurs émissions de télévision. En 1990, elle est nommée chargée de mission à l’Elysée pour la culture, avant de devenir en 1992, directrice des documentaires et des émissions culturelles sur France 2 et conseillère â la présidence de France Télévisions. Elle intervient dans des magazines historiques ou culturels â la télévision comme à la radio. De 1999 â 2005, Laure Adler dirige France Culture. Son parcours la conduit également dans le milieu de l’édition, et après avoir collaboré avec les éditions Payot, Denoël et Pion, elle entre en 1997 chez Grasset en tant que responsable des essais et documents. Écrivaine, elle est l’auteure de plusieurs ouvrages historiques, notamment Les premières journalistes (Payot), Les femmes politiques (Seuil), Sur les pas d’Hannah Arendt (Gallimard), et d’une biographie de Marguerite Duras (Gallimard) pour laquelle elle a reçu le Prix Femina de l’essai. En 2019, elle publie Charlotte Perriand, livre très documenté dans lequel elle retrace le parcours de cette pionnière du design.

 

Djamel Klouche est architecte et urbaniste, titulaire du DEA “Territoires urbains” à I’EHESS et du Master “Urbanisme et aménagement” de l’IEP Paris. lI est professeur associé à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles et a cofondé, en 1996, avec François Decoster et Caroline Poulin, l’agence d’architecture et d’urbanisme (AUC) basée à Paris. L’AUC est lauréate de la consultation internationale sur le Grand Paris en 2008. Membre de I’Atelier international du Grand Paris (AIGP), Djamel Klouche est également commissaire pour le volet architecture de la première biennale d’architecture et de paysage de la Région Ile-de-France (Augures, laboratoire des nouvelles pratiques architecturales) et de la biennale d’architecture et d’urbanisme de Bordeaux (AGORA). Il a participé à la biennale d’architecture de Venise (2014) et à la Biennale d’architecture et d’urbanisme de Rotterdam (2016), sur le thème de la Ville Productive.

 

matali crasset est designer industriel de formation. Elle poursuit ses études à I’ENSCI de Paris, dont elle sort diplômée en 1991. En 1992, matali crasset collabore avec Denis Santachiara, célèbre concepteur et designer italien, qui intègre dans son travail les nouvelles technologies en mettant en avant leur potentiel poétique. Elle se joint en 1993 à Philippe Starck, à l’époque directeur artistique de Thomson Multimédia, après avoir créé son entreprise en 1988. Ses créations sont présentes dans de nombreuses collections publiques en France, au Centre Pompidou, au musée des arts décoratifs de Paris, au Centre National des Arts Plastiques, au Fonds municipal d’art contemporain de la Ville de Paris, au FRAC Nord Pas de Calais, au Consortium Museum, et à l’étranger, au MoMA , à l’Art Institute of Chicago, au Mudac â Lausanne (Suisse), a l’IndianapoIis Museum of art, au Grand Hornu (Belgique), au MAK Vienne (Autriche).

 

Chafik Gasmi est architecte, designer et scénographe. Né a Alger, il vit et travaille à Paris. Avec son studio créé en 2004, il travaille aussi bien dans la conception d’hôtels, de boutiques et de meubles que de luminaires, et mène une réflexion plus large sur la stratégie de marques de luxe. En 1996, il se voit confier la direction artistique du premier mégastore de Sephora sur les Champs-Élysées et collabore ensuite avec Kenzo, Guerlain, Ebel et Dior. En parallèle, il est nommé premier directeur artistique de la maison Baccarat. En 2019, pour la tour Meritus à Pékin, il livre la Trilogie : la plus grande installation lumineuse de l’histoire de Baccarat. Entre 2005 et 2008, Chafik Gasmi établit son studio entre Alger et Paris et participe avec son confrère Halim Faidi à la conception ou la réalisation de plusieurs projets en Algérie, dont le MAMA, les étages nobles du MAE, ainsi que l’aménagement de la Place des Martyrs et la réflexion urbaine sur l’aménagement de la baie d’Alger. Le MAMA lui consacre une rétrospective en 2008. il collabore également avec Lancôme depuis plus de dix ans comme directeur artistique du retail et du premier flagship de la marque sur les Champs-Élysées. Il conçoit, en parallèle, le design de produits iconiques: le rouge â lèvres Rouge Absolu, le mascara Hypnôse et le muIti-récompensé flacon du parfum Idôle.

 

Jean-Paul Viguier est architecte diplômé de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris. il fait partie, avec Jean Bossu et Georges-Henri Pingusson, des membres fondateurs de l’Unité pédagogique n° 5. En 1973, il obtient un “Master of City Planning in Urban Design” à l’université Harvard, et de retour en France, il anime une rubrique d’architecture urbaine dans la revue Urbanisme. De 1975 à 1992, ses projets ont été réalisés en association avec Jean-François Jodry. En 1981, il obtient le premier prix du jury dans le cadre du concours pour l’Opéra Bastille puis en 1983 le premier prix ex-aequo pour le projet Tête Défense. En 1986, il remporte, avec Allain Provost, Patrick Berger et Gilles Clément, le concours pour la construction du parc André-Citroën à Paris, dont la réalisation durera dix ans (1992-2002), puis celui du Pavillon de la France à l’Exposition universelle de Séville de 1992. Parmi ses autres réalisations : le siège de France Télévisions, Paris 15e, la Tour Cœur Défense, l’HôteI Sofitel a Chicago Water Tower, Le Muséum d’histoire naturelle de Toulouse, le McNay Art Museum â San Antonio, Texas, États-Unis.

 

Anne-Marie Sargueuil Depuis plus de 30 ans, Anne-Marie Sargueuil, â la tête de l’institut français du design, incarne sans faiblir les Janus, un label d’excellence qui récompense les entreprises et collectivités qui s’inscrivent durablement dans une démarche de “mieux vivre” au service de la personne, de l’industrie et de la cité. Elle rappelle ainsi sans relâche la place centrale du designer, véritable porte-voix de l’utilisateur final, dans tous les secteurs industriels. Une voix qui se fait de mieux en mieux entendre et a permis, dans de nombreux secteurs, de “remonter” les interventions des designers, afin qu’ils soient impliqués dès la conception des produits, et non plus a posteriori comme c’était trop souvent le cas jusque-là.

 

Halim Faidi est architecte, urbaniste et scénographe. Après des études en Algérie et en France, il fonde la société Maymuna Eng. à Paris, puis son atelier d’architecture Studio A à Alger. Il crée plus tard l’Algérienne de Management (AL2M) afin d’élargir son expertise et son rayon d’action. En 1990, il est médaillé de I’Académie Française d’Architecture et reçoit le 1er Prix Tony Garnier d’Architecture Urbaine. En 2012, à Alger, il est décoré du 1er Prix National d’Architecture et d’Urbanisme et reçoit le Prix du Président de la république. Il est recruté comme expert international auprès de I’UNECA (United Nations Economic Commission for Africa) et de I’ALECSO (Arab League Educational Cultural and Scientific Organization) où il est consulté pour sa vision macro stratégique. Parmi ses réalisations les plus connues, le nouveau siège du Ministère des Affaires Étrangères Algérien (MAE), le Musée d’Art Moderne d’Alger (MAMA), La Tour des Galets à Oran et le nouveau Siège de Djezzy à Alger.

 

Imaad Rahmouni est architecte, diplômé de l’école d’architecture et d’urbanisme d’Alger et de l’école d’architecture de Belleville (Paris). Il a collaboré avec Philippe Starck avant de créer sa propre agence. De Bangkok, en passant par New York, Tokyo, Londres, Bali ou Marrakech, il a laissé sa marque architecturale en concevant des maisons, des hôtels, des bars et même des avions, des abribus et des bateaux. En 2000, il crée avec son épouse Juliette Lamy de Rancourt sa propre agence â Paris, qui se tourne très rapidement vers l’Asie. La Thaïlande, le Japon, l’Indonésie et la Chine accueillent ses réalisations et en redemandent. L’engouement est réciproque. Il ouvre ensuite sa seconde agence à Marrakech en 2005. Ce qui fait la force d’lmaad Rahmouni, c’est sa capacité à « combiner une pensée de designer et une pensée d’architecte, de passer sans problème d’une échelle à une autre».

 

Marc Aurel est un designer diplômé des écoles d’Arts et d’Architecture de Marseille. Il collabore avec Jean-Michel Wilmotte dans le domaine du design urbain entre 1989 et 1994. Depuis 1997, il enseigne à l’école des Beaux-Arts de Marseille (projet design), et est responsable du design à l’école des Beaux-Arts de la Réunion depuis 2002. En 1996, il crée m.a studio autour des domaines de l’espace public, l’éclairage et le design urbain. Le bureau est également très impliqué dans la production d’objets industriels en série, à travers la réalisation de nombreux projets de mobilier urbain en collaboration avec la plupart des grandes entreprises européennes comme Eciatec et Aubrilam (France), Comatelec/Schreder (Belgique), Metalco (Italie), Groupe Indalux (Espagne), Valmont (Europe), MDOI (Réunion).

 

Mohamed Larbi Merhoum est architecte urbaniste. il fonde l’agence d’architecture éponyme MLM en 1993, et compte â son actif plusieurs projets qui ont suscité le débat dans les écoles d’architecture et chez les professionnels, notamment le siège de la CNEP de Setif, primé en 1999, le siège de SOFINANCE primé en 2004 ou encore I’HISTORIAL primé en 2012. Il développe depuis quelques années un village touristique à Skikda et plusieurs projets de logements privés. Il s’inscrit dans la lignée de l’architecture algéroise des années 50 qu’il considère comme une source d’inspiration infinie pour reconstruire la ville sur la ville. A côté de son activité professionnelle, il est de tous les débats sociétaux liés aux politiques publiques en matière d’architecture et d’urbanisme. En 2019, il clôture sa 25ème année d’exercice libéral en organisant la 1ère exposition d’architecture ” 25 ans et des poussières ” qui évoque le parcours d’un architecte libéral, engagé et foncièrement optimiste. Il livre sa pensée à travers un entretien avec le Dr Benkoula, dans un ouvrage dont le titre Palabres algéroises transcrit son ancrage dans l’architecture algéroise. L’ouvrage est paru aux éditions Barzakh.

 

Christian Guellerin est directeur général de L’École de Design de Nantes-Atlantique depuis 1997, un établissement d’enseignement supérieur en design situé à Nantes mais aussi à Shanghai, Pune, Sao Paulo, Montréal et Cotonou. L’établissement a connu un développement important autour d’un projet basé sur la professionnalisation des études de création et la relation avec le monde économique. En 2007, il est élu président de Cumulus, réseau international d’établissements d’enseignement supérieur de design, création et média. Il en est actuellement président honoraire. Christian Guellerin est l’auteur de nombreux articles sur le design et sur la pédagogie en France et à l’étranger et enseigne dans plusieurs écoles et universités. Il a réalisé plusieurs expertises pour la création d’écoles de design ou centres de design en France et â l’étranger pour le compte de l’Union Européenne.

 

Kamel Louafi est architecte, paysagiste, artiste. Il est diplômé de l’Université Technique de Berlin, ville dans laquelle il fonde en 1996 son propre bureau d’architecture paysagiste. Puisant son inspiration dans ses années de travail en Algérie au sein des inventaires forestiers, Kamel Louafi a planifié et réalisé de nombreux projets à Berlin, en Allemagne, et dans le monde : le jardin oriental et le salon oriental au sein des jardins du monde â Berlin (2007) , la place de I’Opéra â Hanovre avec « Les Arabesques » (2009) et «les haies alignées» (2010/13), les jardins de la mosquée Cheikh Zayed Bin Sultan Al Nahyan à Abu Dhabi, les «Jardins du monde musulman» à la Mecque, ainsi qu’une expertise sur le développement urbain de l’urbanisation de la baie d’Alger en 2013. Il est membre du jury de plusieurs concours d’architecture nationaux et internationaux. Il enseigne dans diverses universités (Berlin, Barcelone, Batna, Paris, Oslo), et a aussi publié différents ouvrages sur l’aménagement du paysage et l’art des jardins. Il est membre curateur au sein de la galerie Aèdes depuis 2000.

 

Xavier Boissarie, praticien du numérique depuis 20 ans, s’éloigne de la dimension immatérielle attachée à ce domaine pour mieux s’approcher de l’expérience incarnée. Il s’empare des supports mobiles dans une tentative d’hybridation des espaces tangibles et numériques selon différentes modalités : l’émancipation du corps dans l’espace public via un protocole de consignes, les performances collectives de danse connectée, la création de paysages sonores 3D dans l’espace public ou la synchronisation des corps dans des espaces distants. Pour travailler sur ces sujets, Xavier Boissarie a rassemblé un collectif composé de game-designers, artistes sonores et visuels et ingénieurs au sein du studio Orbe. L’équipe mène une intense activité de recherche et développement en collaboration étroite avec différentes institutions du domaine culturel : institut ACTE-PARIS 1 (projets INESM, CORES), l’ENSADLAB (projet ANR CoSiMa,), l’ENSCI (projet ANR Topophonie), l‘IRCAM (projets ANR Topophonie et CoSiMa, projet européen RAPID-MIX).

 

Yahiaoui Mohamed, dit YAMO, est un designer diplômé de l’Ecole nationale des Beaux-Arts d’Alger en 1982, spécialisé en design industriel en 1986, puis titulaire d’un 3e cycle en mobilier de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs de Paris en 1988. Après ses études, il reste à l’Ecole supérieure des arts décoratifs en tant que technicien à l’atelier « métal » de 1988 à 1993. Ses créations sont produites et présentées par différents éditeurs, parmi lesquels Ceccotti, Christofle, Diva, Drimmer, Roche-Bobois, Turbulence. Il dessine la collection Wacapon pour Roche-Bobois en 1989 et réalise un projet d’éclairage monumental pour un palace à Osaka en 1991. Il réalise plusieurs aménagements de lofts, villas, maisons, appartements, restaurants, bars, boutiques dans de nombreuses villes européennes dans les années 1990, et met en scène l’espace «Hommage à Orphée» au Salon des artistes décorateurs de Paris, puis la section « Paris» pour l’exposition Les Capitales européennes du nouveau design en 1991. En mars 2004, le musée national des Beaux-Arts d’Alger lui consacre une exposition «Yamo, sculpteur de lumière».

 

Akli AMROUCHE est architecte-urbaniste. Formé à I’EPAU, il se spécialise en architecture urbaine a l’université Catholique de Louvain (Belgique), Depuis 2004, il est directeur de la société Alternatives Urbaines, spécialiste du domaine de l’édition spécialisée dans le bâtiment, l’architecture et l’urbanisme, et qui édite la revue trimestrielle d’architecture et d’urbanisme «Vies de villes » ainsi que le guide de prescription bâtiment «Prescriptor». En juin 2010, il est élu secrétaire général de l’association AUMA « Arab Urban Media Association », qui regroupe six pays arabes et travaille dans le domaine de l’édition spécialisée en urbanisme, architecture et construction. En 2018, il est fondateur associé de la startup “Digital Reality”, et depuis 2019, expert-consultant au BET CNERU et auprès du Wali d’Alger.

 

Paul Emilieu Marchesseau designer, architecte d’intérieur et fondateur de l’agence Emilieu Studio, a réalisé de nombreux projets en architecture d’intérieur et design. Également engagé dans la recherche, il cofonde en 2011 le groupe de réflexion DANT (Design, Architecture et Nouvelles Technologies) intégré au laboratoire Art&Flux à la Sorbonne et le groupe Post Piper en 2016. Il enseigne à l’école Camondo et dans un master spécialisé “Scénographie dans l’espace public” a l’école d’architecture de Belleville. Il est également co-fondateur du festival Phonetics qui a eu lieu à Alger en 2018, du réseau Babylone qui travaille sur la ville résiliente et de l’association Belebat qui réalise des projets de redynamisation en milieu rural.

 

 

Plus d’informations sur :

https://www.if-aIgerie.com
https://www.facebook.com/DZign2020
https://www.instagram.com/dzign2020
https://www.facebook.com/lFAlgerie
https://www.instagram.com/institutfrancaisalgerie

 

 

L’article DZIGN 2020+1 : TALKS/ CONFERENCES est apparu en premier sur founoune art média.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español