jeudi 24 juin 2021

Des collectifs universitaires dénoncent la répression

Les multiples arrestations d’universitaires lors du 117e vendredi du hirak ont fait réagir le Forum des universitaires démocrates (FUD). «Le FUD dénonce fermement l’arrestation arbitraire de nos collègues Sandra Triki, Ali Boultif, Hosni Kitouni, Nasser Djebbar, Rachida Assabaa… ainsi que des centaines d’autres citoyennes et citoyens, journalistes, avocats, étudiants, militants politiques et secouristes humanitaires.

Bref, citoyens hommes et femmes de toute la société sur une vingtaine de wilayas au vendredi 14 mai 2021, deuxième jour de l’Aïd», lit-on dans un communiqué publié suite aux premières arrestations enregistrées à Constantine et Annaba.

Exigeant leur libération immédiate, le FUD estime qu’il est évident qu’à l’approche de la date du 12 juin, «le pouvoir tente de faire taire toutes les voix s’opposant à cette consultation électorale». «A chaque fois qu’il fixe un rendez-vous électoral, ce pouvoir antinational et illégitime, incapable de comprendre la nature démocratique profonde du hirak qui traverse toute la société algérienne, se crispe et ne fait parler que la langue de la répression et de la violence», dénonce le FUD.

L’article Des collectifs universitaires dénoncent la répression est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español