mardi 22 juin 2021

Covid-19 : qu’est-ce que le champignon noir, cette (rare) infection observée en Inde ?

Avez-vous déjà entendu parler des mucormycoses ? Ces infections fongiques peuvent se développer au niveau pulmonaire (les poumons), rhino-cérébral (entre les voies aériennes supérieures et le cerveau) ou encore cutané (la peau).

Mortelles dans 40 % à 50 % des cas, ces maladies se caractérisent par des douleurs, de la fièvre, une nécrose des tissus (certains patients peuvent perdre un œil, par exemple), une atteinte cérébrale, des sécrétions purulentes ou encore des troubles de la vision.

Les mucormycoses sont provoquées par des champignons microscopiques de la famille des Mucorales, naturellement présents dans la Nature : la contamination se fait principalement par inhalation de spores.

Les mucormycoses sont assez rares puisqu’en 2006, on ne comptait « que » 1,2 cas pour 1 million d’habitants en France. Ces maladies sont plus fréquentes chez les patients immunodéprimés, et notamment chez les patients qui souffrent d’une hémopathie maligne (leucémie, par exemple), chez les patients greffés ou encore chez les patients diabétiques (diabète de type 2).

Les mucormycoses se développent surtout chez les patients diabétiques guéris du Covid-19

Les mucormycoses semblent être en plein essor en Inde : journaliste pour nos confrères de la BBC, Soutik Biswas affirme qu’entre décembre 2020 et février 2021, 58 cas ont été enregistrés dans 5 villes indiennes (Mumbai, Bangalore, Hyderabad, Delhi et Pune) tandis que les mucormycoses sont habituellement rarissimes.

« Les patients atteints de mucormycoses sont surtout des diabétiques récemment guéris du Covid-19, explique le Dr. Akshay Nair, chirurgien de l’œil. Nous pensons que l’infection par le coronavirus SARS-CoV-2, associée à une pathologie diabétique pré-existante et à la prise prolongée de médicaments anti-inflammatoires (stéroïdes), prépare un terrain propice au développement et à la dissémination du champignon Mucorales.« 

Au mois d’avril, selon le médecin, 40 patients souffraient d’une mucormycose à Mumbaï : parmi eux, 11 ont eu besoin d’une ablation chirurgicale du globe oculaire (énucléation). Car, comme l’explique l’Inserm, pour soigner une mucormycose, il est indispensable de procéder à une exérèse de tous les tissus nécrosés… « C’est un cauchemar à l’intérieur de la pandémie » affirme le Dr. Akshay Nair.

Source :  Inserm

À lire aussi :

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español