mardi 15 juin 2021

Bab Ezzouar : Anarchie urbaine à Sidi M’hamed

A cheval entre une zone d’activités et un quartier d’habitations, le lotissement Sidi M’hamed dans la commune de Bab Ezzouar est un conglomérat tentaculaire formé, tantôt de maisons, tantôt d’ateliers dédiés à toutes sortes d’activités.

Ce quartier est l’exemple type d’un lieu d’habitation qui ne répond à aucune norme urbaine. Une surprenante cohabitation se décline aux visiteurs, entre commerces d’alimentation générale, ateliers de carrosserie, restaurants et garages de mécanique. Sur une centaine de mètres de route difficilement carrossable à cause du nombre effarant de dos-d’âne, se juxtaposent des activités qui s’opposent substantiellement. Sur le même trottoir coexistent restauration et tôlerie. «qui a autorisé cette mascarade, car c’en est une», fulmine un habitant du quartier et d’expliquer : «Il fut un temps où l’administration locale était totalement absente. Les autorisations pour l’exercice d’activités en milieu urbain étaient attribuées sans aucune forme de contrôle ou d’études préalables. Notre quartier s’est mû depuis en un vaste espace où l’anarchie règne en maître. Comment peut-on tolérer l’ouverture d’un restaurant mitoyen à un atelier de carrosserie. C’est inadmissible, d’autant plus qu’il s’agit de préserver la santé des consommateurs.»

L’article Bab Ezzouar : Anarchie urbaine à Sidi M’hamed est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español