jeudi 24 juin 2021

Agriculture à Boumerdès : Les pépiniéristes cumulent les pertes

Agriculture : L’Union européenne finance des projets-pilotes

Le manque de pluviométrie conjugué à la cherté des produits phytosanitaires ont contraint de nombreux agriculteurs à changer d’activités.

Cette situation ayant déjà entraîné des augmentations sans précédent des prix des fruits et des légumes se vérifie à travers les difficultés que traversent les pépiniéristes.

A Boudouaou El Bahri (4 km à l’ouest de Boumerdès), une localité agricole par excellence, les producteurs de plants de légumes ont subi des pertes colossales ces dernières semaines en raison de l’absence d’acheteurs. El Hachemi Laribi est l’un de ces paysans dont le dur labeur n’est toujours pas synonyme de réussite. Son exploitation, connue à l’échelle nationale pour la qualité de ses plants de légumes, n’a pas attiré grand monde cette année. «Je suis pépiniériste depuis 10 ans. Il m’arrive souvent de jeter des plateaux de plants, mais je n’ai jamais subi autant de pertes que cette année», a-t-il avoué, désabusé, soulignant que sa marchandise a une durée de vie très limitée et ne résiste nullement à la chaleur. Devant ses serres, des tas de plants de tomate, du poivron, du piment, de la courgette, du melon jonchent le sol, a-t-on constaté.

A l’intérieur, des centaines de plateaux verdoyants et joliment achalandés attendent un hypothétique acheteur. «On a jeté l’équivalent de 15 millions de dinars», a-t-il annoncé avec amertume. Contrairement aux saisons précédentes, ce sont les plants de tomate qui sont le plus boudés par les maraîchers. Ce qui était attendu eu égard au manque à gagner subi durant les saisons précédentes par les agriculteurs à cause de la baisse des prix de la tomate, le manque des usines de transformation et les ravages causés par la maladie de la Tuta absoluta. Aujourd’hui, c’est l’effet inverse qui se produit. Il y a peu de paysans qui cultivent la tomate, nous explique-t-on. «Cette année, on a chômé alors qu’habituellement, les agriculteurs venaient même des wilayas de Béchar, Biskra et d’El Oued pour s’approvisionner en plants.

Là-bas, la chaleur rend impossible la culture de plants», indique Bouzidi Lamri, un autre paysan qui s’occupe de l’arrosage de ces mini-champs verdoyants. Pour minimiser les dégâts, certains pépiniéristes se voient obligés d’aller jusqu’aux wilayas du sud pour vendre leurs produits. «On est déjà parti jusqu’à Aoufel (Béchar) et à El Oued car il y a des gens qui n’ont pas les moyens de venir à Boudouaou El Bahri», poursuit M. Lamri avant de se plaindre de la cherté des grains et du manque d’eau d’irrigation. «Un grain de pastèque fait 23 DA. Avec tous les frais que nous dépensons pour obtenir les plants, nous le revendons à 25 DA. L’eau fait énormément défaut ici.

L’année passée, on avait subi plus d’un milliard de pertes. Certains irriguent par citerne alors qu’il y a 30 ans tous les champs de Boudouaou El Bahri étaient raccordés au réseau d’irrigation du barrage de Hamiz et du lac de Réghaïa», se rappelle un employé d’une autre exploitation. Pour s’adapter à cette nouvelle donne, de nombreux producteurs changent de méthode de travail. La vente se fait parfois sur commande deux mois à l’avance avec le versement de 30% de la valeur de la marchandise demandée. Mais la vraie solution viendrait par la levée des entraves qui poussent les fellahs à changer de métier.

L’article Agriculture à Boumerdès : Les pépiniéristes cumulent les pertes est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español