mardi 22 juin 2021

88,6 milliards de dollars quittent chaque année l’Afrique illégalement

L’Afrique perd chaque année 88,6 milliards de dollars en flux financiers illicites transférés vers des pays développés alors que son déficit de financement pour atteindre les objectifs de développement durable d’ici 2030 est de 200 milliards de dollars par an.

Tant d’opportunités perdues pour le continent africain qui souffre de mauvaise gouvernance. «Il faut envisager ces 88,6 milliards de dollars par an dans le contexte des millions de personnes qui auraient pu être sorties de la pauvreté, du nombre énorme d’opportunités d’emploi qui auraient pu être créées pour la population jeune en pleine expansion de l’Afrique, des milliers d’hôpitaux et d’écoles qui auraient pu être construits, et de la manière dont tout cela aurait pu se traduire par un renforcement de la stabilité et de la cohésion des sociétés et des communautés du continent», soulignait dans une tribune Cristina Duarte, secrétaire générale adjointe des Nations unies et conseillère spéciale pour l’Afrique. «Les flux financiers illicites et la corruption entravent le développement de l’Afrique en drainant les devises, e, réduisant les ressources, en étouffant le commerce et la stabilité macroéconomique et en aggravant la pauvreté et les inégalités», indique pour sa part le SG de la Cnuced, Mukhisa Kituyi, en appelant à des actions plus concertées entre gouvernement africains et acteurs du secteur privé, pour le recouvrement des avoirs volés et combattre les flux financiers illicites. GFI estime que la valeur annuelle des FFI liés au commerce à l’intérieur et à l’extérieur des pays en développement s’élève, en moyenne, à environ 20% de la valeur de leur commerce total avec les économies avancées.

La pandémie Covid-19 n’a pas empêché les gouvernants indélicats de piocher dans les caisses. Transparency international a recensé des cas documenté dans 17 pays où 1,1 milliard de dollars de fonds publics ont été détournés. Cet argent aurait pu servir à mieux prendre en charge les malades de la Covid.

L’impact de ces FFI sur les économies des pays en développement est des plus dévastateurs. Ces flux puisent des ressources de leurs Etats d’origine et les privent d’une part importante de financement pour le développement et soutenir une croissance économique durable. «Chaque dollar qui quitte un pays doit finir dans un autre. Très souvent, cela signifie que les sorties financières illicites des pays en développement finissent par aboutir dans des banques de pays développés comme les Etats Unis et le Royaume-Uni, ainsi que dans des paradis fiscaux comme la Suisse, les Îles Vierges britanniques ou Singapour».

GFI, qui est un groupe de réflexion basé aux Etats-Unis, et qui s’intéresse aux flux financiers illicites, note que de nombreux pays et leurs institutions facilitent activement –et en tirent d’énormes profits-le vol d’énormes sommes d’argent dans les pays en développement. «Les pays développés ont la responsabilité, aux côtés des pays en développement, de réduire le flux d’argent illicite», indique GFI Global Financial Integrity.

Ce dernier plaide pour une série de mesures pour limiter ces flux illégaux avec comme première condition accroître la transparence financière et recommande aux gouvernements d’adopter des politiques visant à détecter et de décourager l’évasion fiscale transfrontalière, éliminer les sociétés écrans anonymes, renforcer les lois et pratiques de lutte contre le blanchiment d’argent, travailler pour réduire la fausse facturation commerciale et améliorer la transparence des entreprises multinationales.

A noter que de nombreux Etats africains notamment ont du mal à contrôler les multinationales qui opèrent chez eux en usant de méthodes peu fiables.

L’article 88,6 milliards de dollars quittent chaque année l’Afrique illégalement est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español