mardi 22 juin 2021

139 palestiniens dont 39 enfants tués en 6 jours à Ghaza : La barbarie israélienne

La vaste agression de l’armée d’occupation israélienne sur la bande de Ghaza s’est poursuivie dans la nuit de vendredi et hier, avec encore plus de massacres de civils palestiniens, particulièrement des femmes et des enfants.

En effet, 8 enfants et deux femmes sont tombés en martyrs hier matin à l’aube lorsque des avions de chasse ont bombardé une maison appartenant à la famille Abou Hatab, dans le camp de réfugiés d’El Chatty, à l’ouest de la ville de Ghaza, dont la densité de population qui vit dans la précarité est très grande. De toutes les personnes qui se trouvaient dans la maison au moment du bombardement, ont survécu un nourrisson de 5 mois et une fille de 2 ans.

Les deux ont été difficilement retirés de sous les décombres. Si le nourrisson est miraculeusement indemne, la fillette se trouve dans un état grave. Une vingtaine de citoyens, des voisins de la famille Abou Hatab, dont les maisons ont été fortement endommagées, ont été blessés. Selon le ministère de la Santé à Ghaza, le dernier bilan de 6 jours de bombardements de l’armée de l’occupation israélienne dans l’étroite bande côtière est de 139 martyrs, dont 39 enfants et 22 femmes. Sont dénombrés aussi 1050 blessés graves.

Ce qui a caractérisé les dernières heures de l’agression de l’armée d’occupation est l’attaque de plus de maisons de citoyens, ce qui a contribué à faire augmenter les pertes parmi les civils palestiniens. Dans l’après-midi, Israël a poursuivi sa guerre sans merci contre les immeubles d’habitation de plus de 11 étages, en bombardant par des avions de chasse Borj El Jala (la tour El Jala), situé dans le centre-ville de Ghaza.

Cet immeuble abritait, à l’image de la tour El Jawhara et de la tour Echourouk, démolies par l’aviation israélienne, des bureaux d’agences médiatiques locales et internationales. La chaîne qatarie, qui a diffusé en direct le bombardement de la tour El Jala, et l’agence américaine Associated press sont parmi ces agences médiatiques que tente de réduire au silence le gouvernement israélien pour pouvoir poursuivre ses crimes sans être dérangé par la presse.

La cruauté des Israéliens

La résistance palestinienne, malgré l’intensité de feu israélien, poursuit toujours les tirs de dizaines de roquettes sur l’Etat hébreu. Elle a intensifié ses attaques contre la ville de Tel-Aviv, qui a toujours été loin des guerres que livrait l’armée israélienne contre ses voisins.

Désormais, les civils palestiniens ne sont plus les seuls à souffrir des attaques armées, alors que les Israéliens de villes comme Tel-Aviv poursuivaient leur vie normalement. Ces Israéliens, qui passaient leurs nuits dans les discothèques, les restaurants et les cafés alors que l’armée de leur pays tuait des civils à Ghaza et démolissait leurs biens, se rendent compte aujourd’hui combien la guerre peut être féroce en comptant leurs victimes et en voyant de leurs yeux les dommages et les dégâts provoqués par les missiles rudimentaires de la résistance palestinienne.

Juste après la démolition de la tour El Jala, le porte-parole des brigades Ezzeddine Al Qassam, la branche armée du Hamas, a menacé de riposter par plus de tirs de missiles sur Tel-Aviv. Dans l’heure qui a précédé la démolition de la tour El Jala, la résistance avait tiré une salve de missiles sur Tel-Aviv, en riposte au massacre du camp de réfugiés d’Al Chatty. Ces missiles ont fait un mort et plusieurs blessés parmi les Israéliens ainsi que d’importants dégâts matériels.

La révolte palestinienne se poursuit

En Cisjordanie occupée, en soutien à la bande de Ghaza et Al Qods occupée, des heurts ont éclaté entre des jeunes Palestiniens et des forces de l’occupation dans tous les points de contact avec les soldats israéliens.

Cette fois, ils ont utilisé des balles réelles contre les manifestants, ce qui explique le lourd bilan de 11 martyrs et plus de 1700 blessés pour la seule journée de vendredi. Les heurts entre les jeunes Palestiniens et les soldats israéliens se sont renouvelés hier, mais étaient de moindre intensité. Des sources palestiniennes ont rapporté que plus d’une dizaine de ces jeunes ont été blessés près de Naplouse. L’un d’eux a été évacué vers l’hôpital car ses blessures étaient graves.

Enfin, dans les villes mixtes à l’intérieur de l’entité sioniste, les habitants d’origine palestinienne ont poursuivi leurs manifestations de soutien à Ghaza et Al Qods occupée. 500 jeunes, environ, ont été arrêtés dans ces villes mixtes, qui vivent une véritable intifadha, laquelle inquiète les plus hauts responsables israéliens. Cheikh Kamal El Khatib, un haut dirigeant de la mouvance islamique dans l’Etat hébreu, a été arrêté à Kafr Kanna, ce qui a déclenché des heurts violents entre les forces de l’occupation et des citoyens de cette ville.

Dans ces villes mixtes, l’armée a utilisé, pour la première fois depuis 20 ans, des balles réelles contre des citoyens israéliens d’origine palestinienne. Tout ceci arrive alors que les Palestiniens du monde entier célébraient hier la Nakba, la catastrophe, qui a les a frappés suite à la création de l’Etat d’Israël aux dépens de la Palestine historique, et le déplacement forcé des deux tiers du peuple palestinien, devenus des réfugiés, qui réclament 73 ans après leur droit au retour dans leurs foyers et leurs terres.

 

                                                                                                                                                                                       Ghaza
De notre correspondant  Farès Chahine

 

 

 

8 enfants et 2 femmes d’une même famille tués dans une frappe israélienne

Dix membres d’une même famille palestinienne ont été tués, hier matin, dans une frappe aérienne israélienne à l’ouest de la bande de Ghaza, ont annoncé les secours palestiniens. Parmi les victimes, il y avait huit enfants et deux femmes, tués alors qu’ils se trouvaient dans leur immeuble de trois étages situé dans le camp de réfugiés Al Chatty, selon ces sources paramédicales à Ghaza. «Ils (les enfants) étaient en sécurité dans leur maison, ils ne portaient pas d’armes, ils n’ont pas tiré de roquettes», a témoigné Mohammad Abou Hatab, le père des huit enfants, à l’hôpital Shifa de la ville de Ghaza. Les enfants ont été tués «alors qu’ils portaient leurs habits de l’Aïd El Fitr», a-t-il ajouté, en référence à la coutume de porter de beaux vêtements durant cette fête marquant la fin du mois de jeûne du Ramadhan. Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a lui dénoncé dans un communiqué «un massacre odieux dans le camp d’Al Chatty». R. I.

 

L’article 139 palestiniens dont 39 enfants tués en 6 jours à Ghaza : La barbarie israélienne est apparu en premier sur El Watan.

简体中文 简体中文 English English Français Français Italiano Italiano Русский Русский Español Español